Le festival de la photographie amateur 

Résumez en quelques mots l'engagement du festival.  

Valoriser la production photographique amateur.

 

* Le pitch du festival ?

Son nom : Henri, Léa, Chris et les autres 

un clin d’oeil au film de Claude Sautet, Vincent, François, Paul et les autres pour manifester la volonté du festival d’être le lieu de rassemblement des personnes éprises de photographie qui la pratiquent et la regardent sans modération. 

 

* Son origine ? 

L'envie d'aller au-delà de notre activité d'accompagnement et de renouer avec la diffusion.  Nous avons un fort engagement pour les photographes amateurs, considérant leur pratique comme, à la fois très sérieuse et très qualitative. Bien entendu ils ne sont pas au fait de toute la technique, de tout le potentiel narratif de l'image mais leur créativité est telle que les accompagner vers une démarche et une réflexion plus aboutie, est passionnant. C'est ce que nous faisons depuis 15 ans.  À partir de là l'idée d'un festival s'est très vite imposée, d'autant plus que quelques amis experts nous y encouragent depuis plusieurs années. 

 

* Ce qui a tout déclenché ? 

La passion des amateurs pour la photographie. 

L’amateur est curieux, ouvert, passionné ; sa pratique personnelle est une étape dans la découverte et la compréhension de la photographie en général. Pratiquer soi-même est une façon d’être plus sensible et plus subtil aux démarches des photographes, eux-mêmes représentants des différentes époques et courants de la photographie. 

Le festival considère la pratique amateur comme une porte d’entrée à l’art. 

Martine Montegrandi, directrice artistique du festival

2-MAQ LOGO 15cmx15cm.jpg

L'édition 2022

* Quel est le thème de cette deuxième édition ? 

Le thème est VIVRE. Il est question pour nous de voir de quelles façons les photographes amateurs se sont emparés de ce concept qui évoque la vie collective, la vie personnelle, l'intime mais aussi les façons d'investir un territoire, une ville, une habitation, etc. Vivre c'est être, c'est habiter, avoir un mode de vie, traverser une période de vie, etc. 

* Quel type de travaux pensez-vous recevoir avec un tel prisme ? 

Je pense que nous allons voir des portraits, des paysages, des reportages. Pour avoir discuté avec les amateurs, je mise sur une diversité de propositions aussi bien en couleur qu'en noir et blanc. Par contre je suis curieuse de voir si certains passeront le cap et proposerons de la vidéo. 

*Est-ce à dire que vous avez envie de propositions moins classiques   ? 

La photographie a beaucoup évolué  au cours des dernières années, les formes de restitutions sont plus audacieuses, elles expérimentent plus de forme, de supports, on voit des plasticiens s'emparer de la photographie et je trouve tout cela très intéressant. La pratique amateur ne peut pas rester à l'écart de cela. C'est à nous de les accompagner aussi dans ce domaine de la mise en forme de leurs images car cela doit pouvoir faire partie de leur propre démarche. 

*N'est ce pas un peu "trop" pour les amateurs ? 

Pour certains dans doute. Nous voyons arriver des gens qui ne savent pas grand chose de la grande famille de la photographie, des galeries, des lieux de diffusion, des photographes contemporains eux-mêmes, et à force d'échange, à force de récits, ils s'ouvrent et sont très gourmands.  Ils veulent voir et savoir. Cela leur donne envie de s'impliquer et d'expérimenter. Donc non, je ne pense pas que ce soit trop pour les amateurs ;  il faut un temps pour tout et les conduire est exactement cela : les faire cheminer sans les bousculer. Je n'ai jamais rencontré, en plus de 15 ans de travail avec les amateurs, quelqu'un qui ne s'intéresse pas aux propositions de découvertes qu'on a pu lui faire. Évidemment chacun s'en empare comme il veut. Ce que je constate est qu'il y a toujours une évolution dans leur propre manière de faire des images ensuite. C'est plus ou moins réussi mais c'est toujours tenté. C'est ça l'essentiel.

*Une deuxième édition identique à la première 

Nous sommes un très jeune festival et nous entendons bien grandir et durer. Chaque édition est une étape. En 2021, notre édition était plutôt confidentielle malgré les presque 1000 visiteurs à la galerie La Grande Vitrine notre partenaire à Arles, et nous en sommes très contents car Arles en hiver et la crise sanitaire c'est compliqué ... Notre but étant alors de nous rendre compte de la possibilité de montrer dans des conditions optimales de la photographie amateur. Nous voulions également, sur volonté de Fabiène Gay Jacob Vial, présidente du festival, convaincre des communes alentours à Arles, d'accueillir des expositions dès la deuxième édition. C'est chose faite puisque nous exposerons également à Tarascon, Fontvieille, Saint-Pierre de Mézoargues, Saint-Martin de Crau et les Saintes-Maries de la Mer. 

*Comment avez-vous travaillez-vous  ? 

Nous lançons un appel à candidature en début juin, en septembre un jury professionnel se réunit, en octobre les candidats retenus sont avertis, à partir de là s'engage un véritable dialogue avec chacun d'eux. C'est à -dire que nous discutons de leur travail, de leur potentiel, nous commentons la série retenue, envisageons des tirages, des types d'encadrement, et proposons une scénographie.  Le plus souvent cette étape est une révélation pour le photographe car il envisage très souvent pour ne pas dire systématiquement, sa série en ligne, en cadres ou en une succession de tirages contrecollés.   Notre geste scénographique révèle leurs images, pointe le sens qu'ils ont souhaité leur donner. C'est un moment intense.  

Ensuite nous abordons le sujet de la post-production. Je suis très très exigeante sur la qualité des images et pour moi il n'y a aucune distinction à faire entre image d'amateur et image de professionnel. C'est de toutes façons une photographie et il faut respecter à la fois l'auteur et le public. La qualité prime.  

Ensuite bien entendu, s'il le faut, il y a production.  Nous les guidons dans la préparation de leurs fichiers et l'envoi au labo.

Comprennez bien que l'action du festival commence dès lors. Apprendre à mettre en valeur et à traiter ses images est fondamental pour tout photographe. Je me fais un point d'honneur à les guider. Exposer pour exposer ne sert à rien et en ce qui me concerne récupérer des images et les accrocher ne m'intéresse pas. Ce que j'aime c'est l'accompagnement. 

*Y a t-il beaucoup de modifications par rapport à ce que les photographes amateurs proposent ? Comment réagissent-ils ? 

Oui il y en a systématiquement, mais c'est normal. Ils  réagissent très bien parce que nos propositions vont dans le sens d'une meilleure lisibilité de leur travail et de sa mise en valeur.  Le festival emprunte les codes professionnels que les amateurs peu habitués à exposer dans des lieux de monstration, ne connaissent pas vraiment.  Ils sont très enjoués, avides de connaissances et d'expériences.

 

D'ailleurs, dès l'année prochaine, j'espère que nous pourront accueillir à Tarascon, chez  nous durant une semaine,  les candidats retenus  pour préparer leur travail photographique en amont de la production. 

*Travaillez-vous avec un laboratoire en particulier ? 

De façon historique, sur d'autres pans de notre activité, nous travaillons avec PICTO.  Il n'y a aucune raison pour que les choses changent et ne pas leur confier la production des images du festival.

*Qui  finance la production  ? 

Lors de la première édition ce sont les photographes qui ont majoritairement assuré la production de leur travaux.  Le festival a participé à hauteur de 30%. 

En 2022 nous voulons aller plus loin jusqu'à une prise en charge totale dès 2023.

*Quel est le budget du festival ?

En 2021 le budget était de 10 500 €. 30 000 en 2022.  Si nous réunissons à réunir ce montant nous pourrons financer la totalité de la production.

*Avez-vous des subventions ? 

 Non nous n'avons pas encore de subvention. Nous avons engagé une recherche de sponsor et de mécènes. Nous lançons également mi-juin une campagne de crowfunding. 

Appel à candidature, édition 2022

Comment fait-on pour s'inscrire ? 

Téléchargez le bulletin d'inscription et envoyez votre dossier image par We transfer.

Tout est indiqué dans l'appel à candidature.